Posted in Le manuscrit perdu

Et si le plus grand philosophe de tous les temps s’appelait Google ?

J’étais déjà monté dans le grenier plusieurs fois, mais toujours avec Grand-Père. Ou Papa. Jamais Mamie ni Maman, l’une à cause des escaliers étroits et l’autre parce que c’est un grenier. Et les greniers… – Dans un grenier, on ne sait jamais ce que l’on va trouver, mais certainement pas ce que l’on cherche. Et […]

Continue reading
Posted in Le manuscrit perdu

Evitez les poètes maudits, foi de Thérèse…

– Bonjour Thérèse !… – Tiens !… Bonjour mon petit ! Louis m’appelle toujours « mon grand », et Thérèse s’acharne à me donner du « mon petit ». Je tremble un peu à l’idée qu’elle continue pendant vingt ans, mais compte tenu des dizaines de kilos qu’elle traîne en trop et de l’haleine de cubitainer qu’elle disperse aux quatre vents (Papa […]

Continue reading
Posted in Le manuscrit perdu

L’Angélus, quand Millet faisait son blé sur le dos des paysans…

Les victimes de la crémation paternelle furent ce soir-là des magrets de canard. Pour le soir, c’est peut-être un peu lourd, mais après une demi-heure sur la grille brûlante, il ne restait plus la moindre trace de graisse sur les jolis pavés noirs, que la main experte de Papa fractionna en plusieurs morceaux qui ressemblaient […]

Continue reading
Posted in Le manuscrit perdu

Passation autour du mystère du feu…

C’était notre premier repas du premier jour des premières vacances sans Grand-Père, et pour cette sorte de passation de pouvoir entre deux générations, Papa, mon patriarche préféré, avait décrété que nous marquerions l’événement. – Ma Chérie, les enfants (Papa fait parfois abstraction des éléments extérieurs, en l’occurrence Madame Leguellec.), pour marquer ce moment décisif de […]

Continue reading
Posted in Le manuscrit perdu

Le chêne et le roseau ? La Fontaine ne coule pas de source…

C’est une petite mare de rien du tout, et les grenouilles y sont heureuses, d’autant qu’aucun bœuf n’occupe le champ, ce qui limite les problèmes d’ego et les jalousies. J’aime donc aller m’asseoir à quelques mètres de ce petit coin de paradis, sur un tronc que Roger, peut-être un peu poète lui-même, a laissé pour […]

Continue reading